Robert d'Argouges
Le Roman de Rou et des ducs de Normandie

Ço conte cil ki set l'estoire,
Out à cel tems une assemblée
Des chevaliers de la cuntrée,
Ki à Baieues séjornoent        
Et des réals[1]  ki esgardoent.
Forment fu la vile estormie[2],
Réals l’orent bien envaïe ;
Mult i aveit boens chevaliers,
E sor fossez gelde[3] è archiers ;
Li uns, li altres ne manaient[4],
De la cité mult gent essaient[5].
Li Reis aveit un soldéier.
Brun[6] out nom , novel chevalier ;
Venuz ert de loingtaine terre
Pris è chevalerie cunquerre ;
Mult ert od noble vestéure,
Et mult aveit riche armeure.
N'aveit en la cort nesun[7],
Ki herneiz semblast à Brun[8];
Sor son cheval sist[9] noblement,
Apareilllé mult richement.
A sa sele fu atachiez
E par li coisses fu liez;
Ja si grand colp ne recéust,
Ke de sa scie se méust.
Dreça sa lance, l'escu prist,
Puinst[10] li cheval, en champ se mist;
Son cheval alout galopant,
E de joster fist semblant;
Semblant fist k'il voleit joster,
Et jostes faiseit demander.
Robert d'Arcoches[11] fu venuz.
De Baieues esteit issuz;
Sor son cheval sist bien armé.
De joster fu bien atorné[12].
De l'altre part a Brun véu
De joste fere tôt tendu,
Lance levée prist l'escu ;
De joster a talent[13] eu.
Li chevaliers ki el champ furent,
Ki li dui chevals aparceurent
Ki por joster li champ teneient,
E de joster semblant faseient,
La place firent délivrer
Por li vassals fere joster,
Et as archiers firent véer [14]
Et à la gelde comander
Ke mal ne facent, en paiz seient,
Por nule chose ke il veient.
Tote fu délivre la place;
N'i a hoem ki mal i face.

Quant la place fu délivrée,
E la joste fu porparlée,
Li chevaliers ki joster durent,
El chief del champ de luing s'esturent[15]
Sor li chevals ki bien corurent;
Li uns verz l'altre chevalcha,



 



[1] Soldats du roi Henri qui cernaient la ville.

[2] Etonnée, alarmée.

[3] Troupe de paysans armés de frondes , et quelquefois de lances; car ailleurs Wace parle de lances geldieres.

[4] Ne ménagent.

[5] Tentent de sortir.

[6] On trouve dans le Monasticon anglicanum plusieurs personnages de ce nom : le plus ancien est Renaud Brun , ou de Brun , qui figure dans une charte sous le roi Etienne.

[7] Pas un , personne.

[8] Dont le harnais ressemblât à celui de Brun.

[9] Se tient

[10] Pique.

[11] ' d’Argouges

Les armes de cette maison sont écartelées d'or et d'azur, à trois quintes feuilles de gueules,

deux en chef et une en pointe; au-dessus un casque, et pour cimier une fée nue ayant de longs cheveux, tenant de sa main droite un miroir, et de la gauche cachant le bas de son ventre; la devise ou cri de guerre est à la fée. Ces armes se voient encore au château d’Argouges, dont nous parlerons tout à l'heure, et elles existaient sur le portail et les vitres de l'église de Saint-Malo de Bayeux , détruite pendant la révolution. Argouges est une petite commune de l'arrondissement de Baveux, sur les bords de l'Aure. On y voit encore les ruines du château des seigneurs de ce nom, dont quelques parties remontaient au quinzième siècle. Voici un conte populaire qui paraît se rapporter au fait d'armes de Robert d'Argouges.

Un seigneur d'Argouges, qui vivait on ne sait quand, était protégé par une fée qui lui fît remporter

la victoire sur un géant ; il épousa cette fée , qui lui apporta de grandes richesses, et lui fit promettre qu'il ne parlerait jamais de la mort devant elle. Un jour qu'elle avait été fort longtemps à sa toilette, il lui dit : Belle dame , seriez bonne à aller chercher la mort, car vous êtes bien lente. Aussitôt la dame d'Argouges disparut en imprimant sa main au-dessus de la porte du château. Toutes les nuits elle revient errer autour du manoir seigneurial, en poussant de longs gémissements, et criant de temps en temps : La mort!... la mort!... Je trouve un mémoire manuscrit attribué à l'abbé de Russy le passage suivant : « La tradition est dans Bayeux de père en fils chez d'anciens habitants, que ce combat devait décider de la prise de la ville ou de la levée du siège, mais que le roi d'Angleterre manqua à sa parole, en continua le siège, et la pilla. Ils ajoutent que le géant fut enterré dans l'église Saint Georges, proche du lieu du combat. En effet, on a appris depuis peu que ses os ont été trouvés dans cette église, et qu'ils étaient d'une longueur extraordinaire.»

 

[12] Préparé.

[13] Désir

[14] Défendre

[15] Au bout du champ de loin se tinrent

[16] Piqua le cheval.

[17] Poitrine.

[18] Force.

[19] Fait pencher.

[20] Se tint.

[21] Au milieu de.

[22] Par- derrière.

[23] Détaché.

[24] Sur le dos.

[25] L'âme.

[26] Rester.

[27] Des bourgs.

[28] Qui jamais auparavant.

[29] Gentil baron.

[30] Lamenté

[31] Se séparèrent.

[32] Des deux cotés ils abandonnèrent le champ.

[33] Tiré.

[34] Son équipage

[35] En Pouille

[36] Des gens de connaissance, des amis.




Poinst li cheval[16], li frein lascha ;
Devant lor piz[17] lor escuz tindrent,
Lances levées s'entre vindrent,
Par grant aïr[18] s'entre envaïrent,
Si ke de totes parz les virent.

Dan Brun a si féru Robert,
Ke de l'escu l'a descovert;
Del celp li a ultre porté,
E Robert a tôt achanté[19];
Maiz à sez etrieus s'afîcha[20],
Par grant aïr se releva :
Brun out féru par tel vertu.
Par son arçon parmie[21] l'escu,
L'arçon li a parmie fendu ;
Et a l'arçon detriers[22] cosu,
Ne pout à terre estre abatuz,
Kar par li coisses fu penduz.
Brun se pasma sor li cheval,
Maiz li chief torna cuntre val.
De totes parz sunt acoruz,
Brun ki pendcit uni recéuz ,
E de la sele l'unt desaers [23],
Et à terre cochié envers[24].
L'alme[25] en ala , ne pout remaindre [26];
Mult oïssiez plorer è plaindre.
Cil des viles è cil des hors[27] ,
De totes parz vindrent el cors ;
Mult pleigneient è mult ploroent
E la belté Brun regretoent.

Tel a asez pleint è ploré,
E tel a mult Brun regreté,
Ki unkes ainz[28]  ne l’out véu,
Ne de son estre rien séu.

Servanz ki servir le debveient,
E ki de son pais esteient,
Mult crieient è mult plaigneient,
Et environ li cors diseient :
Brun , dan Brun , dan Brun , gentil Ber[29],
Mult avon por tei à plorer ;
Jamaiz en nos païz n'iron,
Quant mener ne t'i porrion.
Ki osera à tes amis
Dire ke tu seies ocis?
Nos déussion por tei morir,
Maiz tu ne peuz par nos garir.
Asez unt plaint è démenté[30] ,
Poiz unt li cors d'iloc emporté.
Por la mort Brun se despartirent[31],
D'amedous parz[32] li champ guerpirent :
Cel jor poiz n'i out nul mal fait,
Ne poiz n'i out josté ne trait[33].
Li Reis coilli Robert en hé
Com s'il l'eust mort jeté ;
N'osa remaindre en Normandie ;
Maiz quant la guerre fu finie,
Od son herneiz[34] en Puille[35] ala
A conoissanz[36] k'il aveit là.