Hotel Carnavalet

Bulletin de la Société de l'histoire de Paris et de l'Ile-de-France - 1881(8)
Auteur : Société de l'histoire de Paris et de l'Ile-de-France          Edité en 1881
Félibien nous a fait connaître le nom du premier propriétaire et fondateur de l'hôtel Carnavalet, le président Jacques des Ligneris; celui du second propriétaire est resté attaché à la maison; les plans de Jean Marot nous en révèlent un autre, M. d'Argouges,sans fixation de date ni désignation de personne ; Mme de Sévigné nomme (à tort) M. d'Agaurry ; on rencontre ensuite quelques vagues mentions de Brunet de Rancy, de La Briffe, et c'est tout. Les dates, les successions restent indécises. On ne sait même pas pour qui Mansard a opéré la grande transformation, qu'il a pris soin de signer du millésime 1661 au point culminant de sa façade.
Le 18 mars 1544, Jacques des Ligneris achète le terrain aux chanoines du prieuré de Sainte-Catherine. Le titre de cette acquisition, inscrit sur un rouleau de deux aunes de long, était conservé dans le trésor des chartes du prieuré. Un extrait se trouve au cabinet des titres de la Bibliothèque nationale dans le dossier Luillier. Il m'a étéObligeamment communiqué par notre confrère M. Lecaron. Le président fait bâtir et décorer son hôtel par Pierre Lescot et Jean Goujon. Il meurt le 11 août 1556.
Celui-ci le vend en 1578 à dame Françoise de la Baume, veuve de Fr. de Carnavalet, qui le conserva vingt-quatre ans et lui laissa son nom.
Ses enfants, Théodore et Jeanne, femme de Claude du Puy, l'occupent d'abord en commun. Il revient à Théodore seul par suite d'un partage opéré le 28 septembre 1565.
Elle le revendit en 1602 à Florent d'Argouges, trésorier général des maison et finances de la reine Marie de Médicis. C'est le même Florent d'Argouges, sans doute, qui, le 22 janvier 1611, donne titre nouvel de reconnaissance de lods et ventes aux religieux de Saint-Victor, co-seigneurs du fief, et peut-être aussi qui figure encore comme propriétaire dans l'acte de concession de douze lignes d'eau octroyées par le roi Louis XIII en 1629 pour l'hôtel Carnavalet. Mais il est probable que l'hôtel avait passé à son fils Florent II, sieur de Noyen, quand Jean Marot en publia les plans, coupe et élévation, vers 1640, sous le nom d'hôtel d'Argouges. En tout cas, il ne sortit de la famille qu'en 1654 Pa r la vente que « la dame d'Argouges » en fit à Claude Boislève.
Ce Claude Boislève, intendant des finances, était intéressé dans les affaires du roi depuis 1651. …………………