Henry d'Argouges décore la chapelle de Fleury

Archives de l'art français (1851) - 1857 (T4) à 1858.

Auteur : Société de l'histoire de l'art français (France)
Edité en 1857

Peintures de la chapelle du château de Fleury, près de Fontainebleau, exécutées par N. de Modène1 sur les desseins du Primatice. Quatorze pièces dessinées d'après les tableaux originaux et gravées à l'eau forte par A. Garnier,en 1646. —Elles sont précédées d'une dédicace adressée par le graveur, qui étoit établi et avoit sa demeure à Fontainebleau,à M. Henry d'Argouges, seigneur de Fleury.

1  -  Plus connu sous le nom de Nicolo Dell'Abate

Le peintre-graveur français: ou Catalogue raisonné des estampes gravées par ...                     Par A. P. F. Robert-

ANTOINE GARNIER.

Un peintre de portraits du nom de Garnier, natif de Meaux, nous dit-on, devint membre de l'Académie de peinture et sculpture au commencement de son institution; mais nous pensons qu'il ne peut être confondu avec Antoine Garnier, qui motive cette notice , que ses productions font seulement connaître comme dessinateur et graveur, sans avoir jamais rien mis au jour d'après des compositions sorties de son pinceau.
Il gravait dès l'année 1637, date qui se rencontre sur le n° 71 de ses estampes, et on le voit demeurant à Fontainebleau, en 1646, où il publia la suite, n° 32 à 46.

Annonciation, d'après le Primatice.

L'ange descendant du ciel et annonçant à la sainte Vierge le mystère de l'incarnation. On lit au bas, à gauche, en trois petites lignes : Ganiere ex. Cum. pri. Regis et dans la marge : Joan. Bol (1) Annvnciatio B. Mariee viRGiNis. A. Garnier fe.
Largeur :
328 millim. Hauteur : 225 millim., dont 15 de marge.
Ce morceau a été exécuté d'après le tableau peint dans la chapelle du château de Fleury, près de Fontainebleau.

Un fabuleux dessin nous offre un aperçu de ce que devait être l’Annonciation (Louvre ; cat. 204) peinte pour la Chapelle de Fleury, soulignant une fois de plus l’intérêt de Nicolò vis-à-vis des productions du Corrège et du Parmesan.

Le Christ mort, d'après le Primatice.

Le Sauveur est soutenu presque sur son séant par la sainte Vierge , assise dans la caverne sépulcrale , d'où l'on aperçoit à la gauche du fond la montagne du Calvaire surmontée des trois croix. On lit au bas, à gauche : St. Martin in. *, à droite : Ganiere ex. cum priu et dans la marge : Christus e sinu Matris caressus in sinum ejusdem recèns è Cruce demissus.
Largeur :
330? millim. Hauteur : 208? millim., dont 41 de marge.
Le tableau a été peint dans la chapelle du château de Fleury.

Suite de quinze estampes , y compris le titre.
Hauteur : 206 à 215 millim. Largeur : 160 à 169 millim.

Les quatorze derniers morceaux sont marqués, au bas, des monogrammes $JQ et vSl , qui se rapportent aux noms du peintre et du graveur.

On connaît deux états de ces planches :

I. Avant les numéros.

II. Il est chiffré de 1 à 15 au bas des pièces. Comme nous n'avons pu rencontrer la suite entière de cet état, nous suivrons évidemment un autre ordre que celui qu'elle établit. L'examen que nous avons été dans le cas de faire d'un nombre considérable d'épreuves de cet état nous a mis à même de reconnaître que la même pièce avait successivement porté des numéros dissemblables, ce qui démontre un troisième état que nous ne pouvons autrement caractériser.

1 -  Cartouche enrichi de guirlandes de feuilles et de fruits, armorié au haut et garni au bas d'un mascaron. On lit dans le champ :

A Monseigneur Messire Henry d'Argouge Chevallier Baron de Ranne Seigneur de Fleury. Monseigneur Je ne sçay si je doy nomer present, ou restitution l'ouvrage que je vous dédie j'avoùe que ce qui part de ntoy n'est pas considerable , et je ne puis nier que la plus excellente partie ne soit a vous, puis que jay bien osé la prendre en plein jour, et datant tous vos gens, dans l'admirable chapelle de votre château de Fleuri, mais mon larcin est si glorieux, et si louable mon sacrilège que je ne craindray point de vous faire depositaire de ce que j'ay empreunté, vous priant même de le proteger contre l'indigne effort de deux monstres médians l'ignorance et l'enuie qui s'ataquent toujours aux plus nobles travaux. il va de votre gloire, Monsieur a conserver ce qui vous est donné de la sorte aussi genereusement que le bel heritage de vos ancestres, et corne un petit bien que nous avons aquis ne plaist pas moins soutient qu'un riche et puissant patrimoine j'ay cru que ces doctes originaux que l'incomparable S. Martin & afeit jadis en faveur de vos ayeulx ne vous diuertiroient pas de l'affection et de la bonté que je vous demande pour leurs simples copie que je consacre a voslre merite, encor quelles nayent rien de plus recommandable que votre jllustre nomjespere que vous les receures avec un doux accueil puisque je repare lafeblesse de mon industrie par la forte passion que jay de vivre et de mourir Monseigneur vostre très humble et très obeissant serviteur JSàarnier. S, Martin de Bologne1 jnu. A. Garnierfe. et se vende Chez l'auteur a FontaineBleau. Avec Privilege du Roy. 1646.

2 - Nôtre-Seigneur montant au ciel. Son corps est environné de lumière. Au bas, à gauche, est le chiffre du peintre, et au milieu celui du graveur.

3 - Gardes sommeillant autour du sépulcre. L'un d'eux se réveille surpris en portant la main à son glaive et élevant son bouclier au-dessus de sa tête. Au bas, à gauche, est le chiffre du peintre, et à droite celui du graveur.

4 - D'autres gardes sommeillant au pied du sépulcre. L'un d'eux, vu par le dos, tient un drapeau où se voient les initiales S. P. Q. R. Au bas sont, à gauche, le chiffre du peintre, et à droite celui du graveur.

5 - Deux anges sur les nuées regardant en bas. L'un tient une bannière et l'autre le saint suaire. Au bas, à gauche, le chiffre du peintre, et à droite celui du graveur;

6 - Deux autres anges sur les nuées. L'un est vu par le dos et retourne la tête à droite. Au bas, à gauche , le chiffre du peintre, et à droite celui du graveur.

7 -Deux anges sur les nuées portant l'arbre de la croix. Au bas sont, à gauche, le chiffre du peintre, et à droite celui du graveur.

8 - Saint Jean l'Évangéliste et un Père de l'Église sur les nuées. Celui-ci semble écrire sous la dictée de saint Jean, dont l'aigle se voit entre les deux. Au bas, vers le milieu, le chiffre du peintre, et à droite celui du graveur.

9 - L'évangéliste saint Luc et un Père de l'Église sur les nuées. Celui-là montre à l'autre des tablettes où est écrit :
OPORTEBAT CHRISTVM RESVRGER* A MORTVIS TERTIA DIE L\C
vi,*° Cap. Au bas sont, à gauche, le chiffre du peintre, et à droite celui du graveur.

10 - L'évangéliste saint Matthieu et un Père de l'Église sur les nuées à côté de l'ange , symbole de l'évangéliste qui tient ses tablettes. Au bas , à gauche, le chiffre du peintre, et à droite celui du graveur.

11 - L'évangéliste saint Marc et saint Grégoire le Grand , et un autre Père de l'Église romaine , sur les nuées. Celui-ci , dont la croix et la tiare sont devant lui, fait un geste à la gauche du fond, conseillé parle Saint-Esprit. Au bas sont, à gauche , le chiffre du peintre, et à l'opposite celui du graveur.

12 - Saint Damien. Il est assis, accoudé sur un socle étant à droite, surmonté d'un instrument où est écrit : ApostoloRvm et sur la face duquel on lit : s. Damiane. Au bas du socle sont les chiffres des artistes.

13 - Saint Corne. Il est assis , appuyé du bras gauche sur un socle, et retournant de la main droite les feuillets d'un livre posé sur une table étant à gauche, à laquelle est fixé un écriteau portant ces mots : R pepille et ageraum Res ape. onc. A droite, au haut du socle : s. Cosma et au bas les chiffres des artistes.

14 - La Madeleine pécheresse priant, agenouillée dans sa grotte, la tête ceinte d'une auréole et éclairée d'un rayon céleste. Au bas, vers la gauche, le chiffre du peintre , et vers la droite celui du graveur.

15 - Sainte Catherine. Tournée à droite, elle s'appuie sur la roue, instrument de son martyre, en tenant un glaive sous le bras et une palme à la main. Le fond présente un rocher avec caverne. Au bas sont, à gauche, le chiffre du peintre, et à droite celui du graveur.

1  Autre nom du Primatice