Tombes de l'abbaye de Longues

Bulletin t. 6 (1870-73)
Auteur : Société des antiquaires de Normandie
Edité en 1874


La chapelle de gauche, dite chapelle Verte, sans doute à cause de l'humidité des murs et du sol, était complètement abandonnée. Elle était divisée en deux parties. Dans l'enfoncement on remarquait « un autel de pierre ne servant plus, au bout plusieurs canaux pour le service des fontaines de l'abbaye ; au milieu se trouve un sépulcre de pierre, représentant un abbé , très-ancien. » L'autre côté était sans pavage. Trois fenêtres éclairaient la première chapelle, et dans la seconde une porte donnait accès à un petit caveau voûté dont on voit encore les mines.
C'est aussi -dans cette chapelle que se trouvaient « d'anciens tombeaux de plusieurs seigneurs d'Argouges, avec leurs armes et celles de plusieurs de leurs alliances, avec leur nom dessus et leur épitaphe autour ».
Cette description, que nous empruntons à un Mémoire généalogique sur la famille d'Argouges, rédigé au XVIII° siècle, nous semble convenir parfaitement à la belle pierre tombale qui est actuellement déposée au musée de Bayeux.
Arrachée lors de la démolition, elle servit de palier à l'escalier extérieur d'une grange. C'est là qu'elle se trouvait quand le propriétaire de l'abbaye, M. le comte Le Marrois, grâces aux démarches de M. Lambert et à l'intervention de M. de Caumont, en fit don à la ville de Bayeux en 1859. Cette belle pierre ne mesure pas moins de 2
m,35 de hauteur sur lm,12 de largeur. L'inscription qu'elle porte est gravée soigneusement en très belles lettres gothiques cursives, sur deux lignes. Il en a été publié un dessin dans le 3° volume de la statistique monumentale du Calvados.
Voici l'inscription : Cy gisent nobles personnes damoiselle Jeanne Labbey, en son vivant dame de Cormolain Boussigny , Le Theil, Pléville, Vaux-la-Champaigne et Prestreville, femme de noble homme Jehan, sire d'Argouges, fils de Jehan, laquelle trespassa l'an mil quatre cent quatre-vingt et seize, le 18° jour de juin. Et Jacques sire d'Argouges Vassal du Molay-Bacon, Seigneur de Beaumont-en-la-Hague et de la Motte de Blaigny; leur fils, lequel trepassa l'an mil cinq cent et dix, le 6e jour de septembre. Priez Dieu pour eut, Amen. Pater noster!, Ave Maria!
Le milieu de la pierre est occupé par sept écussons armoriée, gravés au trait, offrant le blason des seigneuries possédées par les Labbey et d'Argouges. Le 1er à gauche, Boussigny, est écartelé d'Argouges et Labbey ; le 2e, Pléville, offre trois mains gauches ; le 3e Vaux-la-Champaigne, un aigle éployé sur trois fasces; le 4e Le Molay-Bacon, six roses; le 5e Beaumont-en-la-Hague, un pal aiguisé sur un semis de coquilles; le 6° La Mote-de-Blaigny, trois tourteaux; le 7° enfin qui se trouve au bas porte les armes pleines d'Argouges un écartelé avec trois quinte-feuilles.